vendredi 16 mars 2012

Lancement New ipad, "iPad 3"


C'était ce matin, à l'Apple Store Opéra, vers 8H... H moins 5, les portes s'ouvrent et les vendeurs Apple sortent en applaudissant. Ils vont voir les clients qui attendent sagement en files, derrière des barrières.

Voilà quelques images :





Petite sociologie de l'acheteur d'iPad à 8 heures du matin


L'ambiance est sympathique et bon enfant. Il y a même des boissons chaudes de servies! Certaines personnes sont visiblement là depuis un bon moment. Une petite remarque cependant : à bien y regarder, et c'est ce dont je me rends compte au bout de quelques minutes, les vrais passionnés paraissent un peu absents... Les seuls vrais geeks présents sont... les journalistes de la presse papier ou internet spécialisés dans les nouvelles technologies. Les acheteurs, eux, sont pour la plupart étrangers, venant apparemment des pays de l'est. C'est ce que la presse spécialisée appelle le "marché gris", c'est lui qui apparemment a pris le relais des vrais acheteurs passionnés. Un journaliste sur place me glisse à l'oreille qu'il est surpris des proportions qu'a pris le phénomène, il en est un peu scandalisé, l'esprit n'y est plus vraiment... A bien m'en souvenir, effectivement, la dernière fois que j'ai attendu pour un produit Apple c'était lors de l'arrivée de l'iPhone 4 à la boutique SFR des Champs-Elysées, et le public était très différent, essentiellement des français, passionnés comme moi de technologie. Peut-être la nécessité de devoir souscrire un abonnement téléphonique nominatif jouait-elle à ce moment-là dans la limitation des personnes venues uniquement dans le but de revendre quelques heures plus tard les appareils achetés, comme c'était le cas de la majorité des clients aujourd'hui... Faut-il regretter cette évolution "commerciale"? Ce qui est clair c'est que la plupart des personnes présentes ce matin à 8h n'étaient pas françaises et ne parlaient même pas français. Les vendeurs Apple ne semblaient d'ailleurs pas surpris par le phénomène, certains ne cherchaient même pas à parler français mais discutaient directement en anglais voire parlaient couramment dans la langue des acheteurs, peut-être des interprètes avaient-ils été réquisitionnés pour l'occasion. Les acheteurs en tous les cas contrastaient avec l'image d'Apple, et c'était cela le plus surprenant : beaucoup étaient pauvrement habillés, très loin des bobos qu'on aurait pu s'attendre à trouver dans les files d'attente.. J'ai vu aussi des personnes âgées, étrangères aussi, très certainement davantage motivées par des obligations commerciales, pour gagner un peu d'argent, que par le pur goût de la technologie. C'est finalement un peu triste, on ne peut s'empêcher de penser que des réseaux obligent ces personnes d'un certain âge, qui seraient bien mieux au chaud qu'à attendre dans le froid pendant des heures, à venir ici faire la queue. Steve Jobs aurait-il apprécié cela? Le miracle technologique représenté par l'iPad 3 semblait appartenir à un tout autre univers que la réalité sociale des acheteurs les plus matinaux ce jour de lancement, et c'est certainement la chose la plus marquante de cette matinée...




mercredi 7 mars 2012